© 2016 Valérie Blaecke       -        Tous droits réservés        -        Mentions légales

Téléphone : 06 20 69 38 55

 

Arrêt du tabac

Sevrage tabagique et sophrologie

Il existe différentes raisons de fumer et derrière chaque comportement face à l’usage de la cigarette se logent différents besoins qui cherchent à être comblés.

En sophrologie, nous allons nous intéresser au comportement et, derrière celui-ci, à la personne considérée dans sa globalité, toujours sans aucun jugement et en toute bienveillance.

Ainsi, la personne désireuse de se sevrer de sa consommation tabagique, sera amenée à prendre conscience des différents critères en lien avec sa dépendance au tabac (un besoin compulsif, une dépendance à la nicotine ainsi que le syndrome de sevrage).

Il a été constaté que la nicotine disparaît de la circulation sanguine dans un délai assez court: après quatre jours, il n’y a en général plus de nicotine dans le sang. Les effets de la nicotine mettent environ 40 minutes à disparaître. Les signes physiques du sevrage ne durent donc que quelques jours. Or, cela n’empêche pourtant pas certaines reprises de la consommation de tabac. Les rechutes ne s’expliquent donc pas uniquement par cette dépendance physique. Nous pouvons alors parler de dépendance psychologique (liée aux sensations ressenties lors de la consommation de tabac: effet apaisant en cas de stress ou d'émotion intense, stimulation de l’éveil, diminution de l’appétit etc...) et comportementale (habitude associée à certains déclencheurs: stress, travail, émotion, pause, ennui fin de repas, café, apéro etc...).

A savoir que le risque de dépendance au tabac dépend de différents facteurs innés et environnementaux:

  • la prédisposition génétique: elle se manifeste dès les 1ères cigarettes qui démontrent une dépendance immédiate ou pas

  • l’âge des 1ères cigarettes. Plus la consommation de tabac démarre jeune plus le risque de dépendance est accru (il s’installe globalement en 2 ans)

  • l’environnement: présence et accessibilité des cigarettes dans le commerce ou dans son entourage familial et/ou amical, mais aussi dans les médias et la société au travers de l’image qu’elle véhicule également au cinéma et sur les écrans

  • la vulnérabilité psychique: liens établis entre le tabagisme et l’angoisse, la dépression, l’alcoolisme etc...

Les différentes étapes de l'accompagnement

Que la personne soit un un fumeur occasionnel, par plaisir, stressé, par habitude, ou dépendant, l’accompagnement sophrologique portera sur le comportement du fumeur avec sa consommation tout en prenant en compte la personne dans sa globalité (contexte et situation familiaux et socio-professionnels).

Ainsi l’accompagnement en sophrologie restera centré sur la personne et à l’écoute de ses sensations, perceptions, émotions et besoins et se fera tout au long des 4 étapes que sont:

  • la prise de conscience de sa relation au tabac ainsi que de son comportement tabagique afin d’identifier les besoins qui cherchent à être comblés (liberté, affirmation de soi, sociabilité, identification, besoin d’appartenance, gérer un stress, plaisir ritualisé par un conditionnement, compensation d’un manque affectif et/ou de sécurité, gérer son appétit et sa prise de poids etc...)

Peut être que cette étape favorisera la prise de conscience d’un décalage entre un ou des besoins comblés d’une manière qui n’est pas en adéquation avec ses propres valeurs.

Cette étape favorisera également des questionnements sur comment combler d’une manière plus saine ces besoins.

  • développer des moyens faciles (en corrélation avec nos valeurs) de gérer ses besoins en lien avec les facteurs de détente, d’image de soi et de la relation au plaisir.

  • renforcer sa motivation en se reliant aux valeurs qui sont importantes pour soi et qui motivent le changement de comportement.

  • gérer le manque physique au début du sevrage preuve d’un début de victoire sur l’addiction en développant le sens positif de celui-ci ainsi que sa capacité de concentration (volonté et lâcher prise).

Les 3 premières étapes vont accompagner la dépendance psychologique et la dernière s’appuiera sur celles-ci pour accompagner la dépendance physique.

 

Ainsi, l’accompagnement sophrologique propose d’intégrer les bénéfices des prises de conscience établies et des stimulations des ressources de chacun en lien avec ses besoins, afin d’utiliser les différents moyens et outils corrélés avec les valeurs de chaque personne selon sa personnalité et son profil, vers un changement de comportement et sur un cheminement qui lui est propre.