© 2016 Valérie Blaecke       -        Tous droits réservés        -        Mentions légales

Téléphone : 06 20 69 38 55

 

October 17, 2018

January 30, 2018

November 14, 2017

Please reload

Posts Récents

De la plasticité cérébrale à la Sophro danse

August 11, 2017

1/2
Please reload

Posts à l'affiche

Sophrologie, Alzheimer et aidants

 

Une de mes grand-mère est décédée en souffrant de ce trouble lors des dernières années de sa vie et je reste convaincue des apports bénéfiques d'un accompagnement sophrologique sur les personnes atteintes d’Alzheimer, lorsque le stade n’est pas trop avancé, mais également sur les personnes aidantes, aussi bien le personnel soignant que les familles et l’entourage proche.

 

La pratique de la Sophrologie chez les personnes âgées a pour intentionnalité d'établir une relation favorable de la personne avec son corps, ce qui va permettre, en travaillant sur l'équilibre général, la mise en place de nouveaux liens relationnels basés sur une écoute active. Cette rencontre avec le corps, peut être un prétexte, une occasion d'échanger avec une tierce personne sur un vécu somatique.

 

Faisant appel tout à la fois au corps et à l'imaginaire, la méthodologie de la Sophrologie permet de mobiliser de nombreuses capacités pour les personnes ayant conservé des ressources intellectuelles nécessaires pour suivre les indications qui restent accessibles. La détente du corps induite par la plupart des exercices est souvent un préalable à la redécouverte de soi, à l'échange avec autrui au travers de la relation établie avec le ou la Sophrologue.

 

C’est ainsi que l’alliance établie entre la personne souffrant des troubles de la maladie d’Alzheimer et le ou la Sophrologue pourra permettre au psychisme de se libérer de certaines pensées peut-être parasites en lien avec des blessures émotionnelles passées, des regrets, des deuils. Des recherches scientifiques ont démontré une différence de niveau des défenses immunitaires chez les personnes qui expriment les événements traumatiques ou douloureux qu’elles ont vécu et dont l’organisme est capable de développer plus aisément des anticorps. Ainsi, favoriser l’expression et la mise en mots des maux aide à transformer la perception de ces souvenirs affectés.

 

La pratique de la Sophrologie pour ces personnes pourra ainsi leur proposer un travail dont les bénéfices s’axeront sur l’équilibre général, l’image de soi, la vitalité, la capacité de détente, le sens de l’existence, la gestion du stress, la confiance en soi. Abordée sous l’angle de la possibilité d’adopter des points de vue différents sur la maladie d’Alzheimer et ses facteurs, en développant sa capacité à lâcher prise sur un passé, la personne pourra ainsi mobiliser ses ressources afin d’accueillir avec plus de sérénité un présent axé sur une possibilité de ne plus se vivre comme soumis et subissant et de s’emparer de son existence telle qu’elle se présente.

 

Pour les aidants (personnel des institutions), la pratique de la Sophrologie en groupe peut renforcer l'alliance au sein du travail d'équipe ainsi que l'unité de l'établissement, en travaillant sur la gestion du stress et la capacité de détente ainsi que sur la gestion des émotions mais aussi sur la différenciation entre identité globale et professionnelle, afin de développer sa capacité à prendre du recul sur les situations difficiles inhérentes à ce métier. En complément d'un groupe de parole, la pratique de la Sophrologie pourrait accompagner les soignants à gérer les différents stress et émotions ressentis face à la charge de travail demandée tout en renforçant leur estime et leur confiance en eux.

 

Pour les aidants côté famille, et en sus d'un accompagnement psychologique, la Sophrologie peut être un moyen complémentaire d'appréhender le travail du deuil (deuil de la personne telle qu'elle était avant l'apparition des troubles) tout en favorisant l'expression et la libération des blocages dus aux émotions. En effet, le placement en institution peut être vécu par la famille comme culpabilisant. L'aidant ne parvenant plus à s'occuper de son parent peut être confronté à une perte de confiance en lui. Que cela soit en séance individuelle ou en groupe, l'accompagnement sophrologique de l'aidant favorise une meilleure gestion de ses émotions et du stress avec des techniques et exercices permettant de prévenir la fatigue que l'aidant accumule progressivement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous