© 2016 Valérie Blaecke       -        Tous droits réservés        -        Mentions légales

Téléphone : 06 20 69 38 55

 

October 17, 2018

January 30, 2018

November 14, 2017

Please reload

Posts Récents

De la plasticité cérébrale à la Sophro danse

August 11, 2017

1/2
Please reload

Posts à l'affiche

De la plasticité cérébrale à la Sophro danse

Entretenir son moral comme on entretient son corps en allant faire du jogging ou de la salsa, en mangeant équilibré et sainement.

Il est possible d’engager de la même manière un programme bien-être pour son mental. La prévention pour une bonne santé existe aussi bien pour le corps physique que pour la santé mentale.

 

Alors, comment agir concrètement?

 

Des gestes simples et accessibles à chacun d’entre nous pour changer son état d’esprit, lorsque les 1ers besoins vitaux sont satisfaits (si nous ne devons pas lutter pour notre survie). Si nous avons un toit au-dessus de notre tête, que nous mangeons à notre faim et que notre pays n’est pas en guerre, enfin si nous ne souffrons pas de psychopathologies lourdes, alors pas besoin de médicament ni de thérapie, il faut simplement savoir se poser les bonnes questions, prendre conscience de ses conditionnements, différencier ceux qui nous sont utiles de ceux qui nous sont devenus parasitant, prendre conscience également des mécanismes de défenses qui y sont associés, pratiquer quelques exercices et techniques pour changer son point de vue et ses habitudes (celles qui nous ancrent dans un faux confort) et adopter un style de vie en adéquation avec nos valeurs de vie.

 

Ainsi, entretenir un bon équilibre général en développant une bonne maîtrise de sa respiration selon nos états d’être, une belle qualité d’écoute des signaux que nous envoie notre corps et une bonne capacité de détente, va nous permettre de développer notre capacité de gestion du stress, des émotions, stimuler notre niveau de confiance en soi, le tout vers une meilleure qualité de conscience et de présence à soi, aux autres, à notre environnement, afin d’asseoir notre place et notre cheminement dans une vie qui nous est propre.

 

 

Et si, en parallèle de cela, nous combinons les besoins sportifs de notre corps et l’entrainement de notre mental avec un support musical pour intégrer les bénéfices de l’action de la musique sur les neurones, c’est vers la pratique de la Sophro Danse que nous pouvons nous tourner.

 

Avez-vous déjà entendu parler de “l’effet Mozart”?

 

Il s’agit de l’action euphorisante la plus régulière et troublante obtenue à l’écoute de la musique de Mozart. Son action objective sur le cerveau a été démontrée par les chercheurs. En particulier la Sonate pour 2 pianos Kochel 448. L’action de la musique de Mozart sur les neurones est d’augmenter leur résistance au stress ainsi que le fameux facteur de croissance neuronale.

Le Pr Michel Lejoyeux nous apprend aussi que cette sonate a été utilisée pour aider les nouveaux-nés prématurés à reconstituer leurs neurones pendant ou après leur séjour à l’hôpital.

 

L’outil principal mis en oeuvre dans ces exercices mais aussi dans notre vie quotidienne, c’est le cerveau. Les dernières recherches en neurosciences ont démontré la formidable plasticité de cet organe qui peut être modelé. Au même titre que les souffrances et chocs émotionnels qui peuvent l’impacter et l’affecter négativement, il est possible de développer les fonctions de notre cerveau qui portent les émotions les plus agréables et ce de manière la plus favorable pour chacun d’entre nous.

Ainsi notre cerveau est capable de remodeler ses connexions en fonction de notre environnement et de nos expériences vécues. Pour rester dans le domaine musical prenons l’exemple d’un violoniste: plus il s’adonne à son art plus la zone corticale commandant son auriculaire gauche (s’il est droitier) s’étend au détriment des zones dévolues aux autres doigts.

 

Plus éloquent encore: chez les aveugles de naissance, la lecture du braille suscite une activation de régions occipitales normalement allouées à la vision. Ces personnes n’ayant jamais vu, il ne peut s’agit d’un phénomène d’imagerie mentale. Les différentes aires corticales ne semblent donc pas restreintes aux types d’intégrations neuronales auxquelles elles sont destinées normalement par la mise en place au cours de embryogenèse. Le cerveau est donc en perpétuel remaniement, et la plasticité suggère un grand jeu de construction et de démolition. Parmi tous les chemins neuronaux possibles entre deux aires cérébrales, le plus efficace sera sélectionné et consolidé en vue d’une réutilisation ultérieure. Ce processus par stabilisation sélective des neurones et des synapses connait son apogée durant la petite enfance. Sous l’influence des expériences vécues par l’enfant in utéro et pendant ses 1ères années de vie, les connexions synaptiques “non pertinentes” vont être éliminées tandis que d’autres vont se consolider. Et cette capacité perdure à l’âge adulte. En réglant son organisation au gré des expériences vécues par l’organisme, la plasticité est le gage de notre adaptabilité et de notre individuation (il n’existera jamais de clones ou de jumeaux identiques sur les plans cortical et comportemental).

 

 

La plasticité cérébrale demeure la clé de voûte de nos apprentissages ainsi qu’un facteur essentiel de progrès et de survie. Comprendre comment le cerveau évolue en fonction de nos expériences permet des avancées majeures, notamment dans les sphères de la psychologie et de la pédagogie, puisque des modifications de l’activité synaptique seraient à la base des processus d’apprentissage et de mémorisation.

 

Ainsi, faire de notre cerveau, quotidiennement, une machine à bien-être, dans un corps actif et libéré de ses tensions est un des bénéfices possible que l’on trouve dans la pratique de la Sophrologie alliée à la pratique de l’expression artistique et musicale que représente la danse.

 

 

Etre à l’écoute de soi, harmoniser sa respiration et les mouvements de son corps, faire confiance en ses capacités, aller à la redécouverte de soi par le biais du mouvement dansé, développer sa confiance en soi, gérer son stress et ses émotions par la pratique artistique et l’expression corporelle, développer sa capacité à lâcher-prise, le tout en s’appuyant sur ses ressources positives, en toute bienveillance et sans jugement. Voici ce que vous pourrez découvrir dans ce cours de Sophro Danse qui relie les bases de la danse classique et contemporaine à la pratique de la Sophrologie. Pour une approche artistique de développement personnel, favorisant l’expression de soi et la relaxation.

 

Chaque jeudi de 12h30 à 13h30 chez Mambocha (www.mambocha.com)

971 Route des 4 Saisons Galerie Marchande de Fontvieille 13190 ALLAUCH

 

www.sophrologue-marseille.com

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags
Please reload